Vous êtes ici : Accueil / Permis d'urbanisme / La demande de permis / Evaluation des incidences environnementales

Réseaux sociaux

Evaluation des incidences environnementales

Certaines demandes de permis doivent  être soumises à une évaluation des incidences environnementales : soit une étude d’incidences, soit un rapport d’incidences. Les annexes A (études d'incidences) et B (rapports d'incidences) du CoBAT fixent les critères soumettant les projets à la réalisation d’une étude ou d’un rapport d’incidences « pour motif urbanistique ».

La finalité de ces analyses est d’informer le public et l’autorité chargée de statuer sur la demande de permis des incidences positives et négatives du projet sur l’environnement, et de proposer des solutions pour en limiter les nuisances éventuelles.

A la suite de la modification du CoBAT entrée en vigueur le 1er septembre 2013, les demandes de permis soumises à évaluation préalable des incidences (étude d’incidences ou rapport d’incidences) relèvent de la compétence du fonctionnaire délégué (Région), et plus de celle des communes.

Consulter la liste des bureaux d'étude d'incidences agréés en Région de Bruxelles-Capitale.
La procédure de demande d’agrément en tant que chargé d’étude d’incidences en Région de Bruxelles-Capitale.

1. Etudes d’incidences (EI)

Les études d’incidences portent sur des projets susceptibles d’engendrer un impact environnemental important. Elles sont très approfondies et réalisées par des bureaux d’études spécialisés. (Liste des bureaux d'étude d'incidences agréés en Région de Bruxelles-Capitale)

Elles sont motivées notamment par le critère urbanistique de dépassement du seuil de 20 000 m² de bureaux, le critère de création de plus de 200 places de parking ou encore par des projets d’infrastructure.

Depuis la mise sur pied des évaluations d’incidences environnementales en 1993, environ 300 études d’incidences ont été réalisées.

2. Rapports d’incidences (RI)

Les rapports d’incidences portent sur des projets ayant un impact environnemental moindre que ceux nécessitant une étude d’incidences. Ils sont donc plus simples à réaliser.

Les RI sont élaborés par le demandeur de permis et figurent dans le dossier de demande.

Bruxelles Développement urbain (anciennement AATL) a réalisé un vade-mecum pour la rédaction d’un rapport d’incidences, afin d'aider le rédacteur de RI à se poser les questions pertinentes au sujet du projet qu’il introduit.

Le critère de réalisation de parkings souterrains constitue le motif principal des rapports d’incidences. Ce critère se combine souvent avec d’autres motifs (création d’équipements, construction de bureaux, aménagement dans une propriété plantée, etc.).
Depuis 2005, le nombre de rapports d’incidences reste constant (environ 180 analyses de RI par an).

Vade-mecum pour la rédaction d'un rapport d'incidences

 

Votre demande de permis / certificat d’urbanisme ou de permis de lotir est soumise à rapport d’incidences en vertu de l’article 142 du Code Bruxellois de l’Aménagement du Territoire (CoBAT).
Vous trouverez ci-après quelques précisions qui devraient vous aider dans la conception de ce document.

Ce document existe uniquement en format électronique et peut être téléchargé via ce lien.

 

 

 

06/12/2011 10:25
Vade-mecum pour la rédaction d'un rapport d'incidences relatif aux modifications/créations d’infrastructures de transport

 

Votre demande de permis / certificat d’urbanisme ou de permis de lotir est soumise à rapport d’incidences en vertu de l’article 142 du Code Bruxellois de l’Aménagement du Territoire (CoBAT).
Vous trouverez ci-après quelques précisions qui devraient vous aider dans la conception de ce document.

 

 

 

06/12/2011 10:25

3. Remarque (RIE) :

Il existe aussi un autre type d’évaluation des incidences environnementales : il s’agit des rapports sur les incidences environnementales (RIE), requis pour l’élaboration de certains plans (ex : PPAS).

Actions sur le document

Région de Bruxelles-CapitaleCreated and hosted by CIRB-CIBG